pixabay/Nikos Apelaths – Photo modifiée par Les 3 sex*

Inde : l’IVG jusqu’à la 24e semaine de grossesse

30 janvier 2020
px
text

Cette semaine, le gouvernement nationaliste indien a modifié le règlement qui régit l’interruption volontaire de grossesse (IVG). L’ancienne loi ne permettait pas l’avortement 20 semaines après la conception, outre lorsque la grossesse représentait un danger de mort. Désormais, l’intervention pourra avoir lieu jusqu’à la 24e semaine.

Dans le passé, le portrait de l’accès à l’IVG en Inde était peu flatteur. Dans les dernières années, plusieurs victimes de viol et de trafic humain ont dû faire appel à la justice pour avoir le droit à l’IVG au-delà du délai prescrit. Plusieurs demandes ont été rejetées, parfois chez des enfants aussi jeunes que 10 ans. De plus, une étude de la Ipas Development Foundation dévoilait en 2017 que plus de 6,4 millions d’avortements par année étaient pratiqués en Inde. De ce nombre, la moitié était pratiqué dans des conditions dangereuses. 

L’accueil de cette loi a été positif en Inde. Le premier ministre Narendra Modi soutient cette « réforme progressiste » importante pour la santé publique. Plusieurs médecins indiens sont ravis de l’assouplissement du règlement :  « De nombreuses anomalies dans le fœtus, dont les défaillances cardiaques, ne sont détectées clairement qu’après 20 semaines ». Vraisemblablement, cette mesure réduira le taux de mortalité des personnes enceintes. 

Référence
https://www.ledevoir.com/monde/asie/571775/l-inde-va-autoriser-l-ivg-jusqu-a-24-semaines

Source
Non applicable

Inde, IVG, gouvernement nationaliste, réforme, santé, avortement, victime, mortalité, anomalie

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.