pexels/Alex Andrews – Photo modifiée par Les 3 sex*

COVID-19 : Le silence des victimes de violence conjugale

26 mars 2020
px
text

Un peu partout à travers le monde, les organismes d’aide aux victimes de violence conjugale manifestent leur inquiétude. Depuis le début de la crise de la COVID-19, on observerait une diminution importante des appels et des visites au sein des centres d’aide.

Sachant que plusieurs victimes sont confiné.e.s avec leur agresseur ou leur agresseuse, ce silence inquiète les intervenant.e.s, car la situation actuelle diminue les opportunités d'appel à l'aide. De plus, le stress, l’isolement et l’instabilité financière peuvent augmenter les risques de passage à l’acte. Du coup, les organismes s’attendent à une augmentation des évènements de violence durant la période de confinement.

En Chine, on rapporte une exacerbation importante des évènements de violence conjugale durant la quarantaine. Au mois de février, les chiffres auraient triplé comparativement au même mois de l’année précédente.

Au Québec, la majorité des centres d’aide ont suspendu leurs activités régulières, telles que les ateliers de sensibilisation ou les suivis de groupe. Toutefois, l’accompagnement d’urgence par téléphone et les ressources d’hébergement sont toujours disponibles. 

La crise de la COVID-19 augmente la dangerosité à domicile et limite la capacité des victimes à se sortir d’une situation de violence domestique. Par conséquent, les organismes conseillent aux proches de garder un œil sur les victimes potentielles en conservant un contact téléphonique fréquent.

Si vous avez besoin d’aide et que vous êtes en danger immédiat, appelez le 911.

Pour trouver de l’aide au Québec, vous pouvez contacter SOS violence conjugale au 1-800-363-9010.

Références
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1684342/covid-19-violence-conjugale-appels-maisons-hebergement-isolement-craintes
https://www.acadienouvelle.com/actualites/2020/03/24/les-organismes-daide-aux-femmes-violentees-sont-inquiets/

Source
https://www.hrw.org/news/2020/03/19/human-rights-dimensions-covid-19-response#_Toc35446584

confinement, COVID-19, violence conjugale, Chine, Québec, sécurité, organisme d’aide, accompagnement d’urgence, hébergement

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.