pexels/Rosemary Ketchum – Photo modifiée par Les 3 sex*

États-Unis : la réglementation pour la protection de la santé des personnes trans abolie

15 juin 2020
Myriam Roy
px
text

Le 12 juin dernier, le quotidien The Guardian rapportait que l’administration de Donald Trump avait pris la décision d’annuler la réglementation sur la protection de la santé des personnes trans qui avait été adoptée par l’administration de Barack Obama il y a quelques années.

Cette loi permettait notamment aux personnes d’être considérées par l’État comme étant soit femme, soit homme, soit ni l’un ni l’autre ou les deux, et ce, indépendamment de leur sexe à la naissance. Les personnes avaient donc accès à des soins de santé peu importe comment elles se définissaient.

Selon le Département américain de la Santé et des Services sociaux (Departement of Health and Human Services), le gouvernement actuel retourne à une définition discriminatoire du genre, basée strictement sur le sexe à la naissance. Plusieurs conséquences graves en découleront : cela entraînera d’abord des difficultés pour certaines personnes à recevoir des soins de santé de base. Ces personnes pourraient aussi se faire refuser une interruption volontaire de grossesse ou des chirurgies liées à la transition physique. Si ce n’est pas un refus de la part des cliniques, ce pourrait être les compagnies d’assurance qui décident de ne pas couvrir les frais médicaux liés aux chirurgies. Les droits des personnes trans sont donc brimés par cette décision de la présidence américaine. 

Plusieurs organismes, dont The Human Rights Campaign (HRC), ont déclaré qu’ils poseraient des actions pour que cette décision soit révisée. L’organisme HRC a quant à lui affirmé qu’il déposerait une plainte à la présidence. 

Référence
https://www.theguardian.com/us-news/2020/jun/12/trump-transgender-lgbt-healthcare-protections

Source
Non applicable

LGBT, LGBTQ+, trans, loi, États-Unis, droits de la personne, soins de santé, Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.