Unsplash/Long Truong - Photo modifiée par Les 3 sex*

Comportement sexuel et dépistage des ITS chez les échangistes néerlandais.es : une enquête transversale sur Internet réalisée en 2011 et 2018

1 octobre 2020
px
text

Date de publication
1er octobre 2020

Résumé original

Contexte : Les échangistes, personnes hétérosexuelles qui, en tant que couples, pratiquent l'échange de partenaires ou le sexe en groupe avec d'autres couples ou des célibataires hétérosexuel.le.s, sont exposé.e.s au risque de contracter des infections transmissibles sexuellement (ITS). Par conséquent, l'objectif de cette étude était d'évaluer les changements de comportement sexuel et de comportement en matière de dépistage des ITS, ainsi que les prédicteurs de dépistage des ITS.

Méthodes : Deux études transversales ont été réalisées, en utilisant la même enquête internet en 2011 et 2018. Pour l'analyse des tendances, le comportement sexuel et le comportement en matière de dépistage des ITS ont été utilisés. Les données sociodémographiques, les caractéristiques des échangistes, le comportement sexuel et les variables psychosociales ont été utilisées pour évaluer les prédicteurs des tests de dépistage des ITS au cours de l'année écoulée, en utilisant une analyse de régression multivariable.

Résultats : Au total, 1173 participant.e.s ont répondu à l'enquête en 2011, et 1005 en 2018. L'utilisation du préservatif a diminué pour les rapports vaginaux (73 % contre 60 %), oraux (5 % contre 2 %) et anaux (85 % contre 75 %). La positivité aux ITS a été signalée chez 23 % et 30 % des participant.e.s, respectivement, bien que les tests de dépistage des ITS aient été comparables entre les deux années (~65 %). Les prédicteurs suivants de dépistage des ITS étaient significatifs : être de sexe féminin (RC = 1,9, 95 % IC : 1,2-2,9), avoir une fréquence d'échangisme élevée (>12 fois par an, RC = 3,7, 95 % IC : 1,9-7,3), pratiquer l’échangisme à domicile (RC = 1. 6, 95 % IC : 1,0-2,7), recevoir une notification du ou de la partenaire (RC = 1,7, 95 % IC : 1,2-2,6), considérer les tests de dépistage des ITS comme importants (RC = 4,3, 95 % IC : 2,2-8,5), ne subir aucune pression de la part d'un.e partenaire pour effectuer un test (RC = 0. 6, 95 % IC : 0,3-0,9), les partenaires font régulièrement des tests de dépistage des ITS (RC = 10,0, 95 % IC : 6,2-15,9), ils et elles perçoivent les tests de dépistage des ITS comme une obligation (RC = 2,1, 95 % IC : 1,3-3. 5), n'éprouver aucun obstacle comme la peur de se faire tester (RC = 1,9, 95 % IC : 1,2-3,1), des heures d'ouverture limitées (RC = 1,6, 95 % IC : 1,0-2,4) et oublier de planifier les rendez-vous (RC = 3,0, 95 % IC : 2,0-4,6).

Conclusions : Les échangistes font preuve d'autosélection pour le dépistage des ITS en fonction de leur comportement sexuel. Toutefois, les efforts de prévention des ITS restent importants compte tenu du nombre croissant d'ITS déclarées, de la diminution de l'utilisation des préservatifs et du fait qu'un tiers des échangistes n'ont pas été testé.e.s l'année précédente.

*Traduction libre

Référence
Kampman, C., Hautvast, J., Koedijk, F., Bijen, M. et Hoebe, C. (2020). Sexual behaviour and STI testing among Dutch swingers: A cross-sectional internet based survey performed in 2011 and 2018. Plos One. DOI : 10.1371/journal.pone.0239750

Pour demander la production scientifique entière aux auteur.e.s
https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0239750

comportement sexuel, infections transmissibles sexuellement, échangistes, Hollande, enquête transversale

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.