unsplash/Jonathan Chng – Photo modifiée par Les 3 sex*

Sports : les effets des hormones d’affirmation sexuelle

9 décembre 2020
px
text

Le quotidien britannique The Guardian rapporte qu’une nouvelle étude cite les effets des hormones d’affirmation sexuelle sur certaines performances physiques de personnes trans suite à leur transition. 

Les résultats de l’étude publiée lundi par le British Journal of Sports Medicine, révèlent que de nombreuses femmes trans conserveraient les avantages de certaines performances physiques dans lesquelles excellent typiquement mieux les hommes jusqu’à deux ans suivant le début de leur prise d’hormones d’affirmation sexuelle. L’étude soulève également que les hommes trans semblent acquérir ces avantages plus rapidement que les femmes trans semblent les perdre, rappelant que les transitions sont loin d’être toutes pareilles.

Cette étude ravive des questions concernant la réglementation des genres dans les compétitions sportives internationales. Bien que le Comité olympique international permette actuellement la participation des femmes trans ayant suivi au moins un an de thérapie d’hormones d’affirmation sexuelle et ayant des taux de testostérone sous la limite de 10 nanomoles par litre, Il faudrait possiblement mieux adapter ces réglementations à la diversité des cas de transition. 

Le Comité olympique international travaille actuellement sur une structure de lignes directrices basée sur des caractéristiques de genre et de sexe. Les discussions sur le sujet jusqu’à présent confirment une tension entre les notions d’équité et d’inclusivité.

Référence
https://www.theguardian.com/sport/2020/dec/07/study-suggests-ioc-adjustment-period-for-trans-women-may-be-too-short 

Source
https://bjsm.bmj.com/content/early/2020/11/06/bjsports-2020-102329

sport, femme, trans, cis, transition, LGBTQ+, droits LGBTQ+, justice, équité, inclusivité, force, rapidité, testostérone, genre

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.