flickr.com/fqpn.qc.ca - Photo modifiée par Les 3 sex*

Lancement du rapport « Promouvoir des programmes d’éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice »

3 octobre 2018
px
text

Le 27 septembre dernier a eu lieu le Lancement du rapport de recherche Promouvoir des programmes d’éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice et Les 3 sex* a assisté à l’événement.

Menée par des chercheuses de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et la Fédération du Québec pour le Planning des naissances (FQPN), cette étude se voulait une méta-analyse qualitative basée sur 27 textes dans lesquels on donnait la parole aux jeunes de six pays sur leurs besoins en matière d’éducation sexuelle. Le but n’était pas d’établir quelles sont les meilleures pratiques, mais simplement de comprendre ce qui se passe sur le terrain, d’être « en phase » avec les jeunes et leurs réalités.

L’idée du rapport, commencé en 2015, est issue de travaux sur la justice reproductive. Ce qui était ressorti de ces travaux était, entre autres, l’importance de l’éducation à la sexualité (ÉS). Comme l’explique Mme Julie Descheneaux, au Québec, l’ÉS se veut positive et basée sur les droits de santé sexuelle/reproductive. Malgré tout, le programme actuel souffre d’un manque d’inclusivité. Basé sur la norme dominante, on tend à oublier les minorités et à y invisibiliser les personnes trans, intersexuées, en situation d’handicap, asexuelles, etc. De plus, l’opinion des jeunes est malheureusement délaissée tout au long du processus; du développement à l’implantation du programme.

Il a pourtant été remarqué lors de l’analyse des textes que les programmes qui s’éloignent des intérêts et des questionnements des jeunes, comme ceux fondés exclusivement sur l'abstinence et sur la prévention des ITSS, ont tendance à être inefficaces. D’autant plus que rapport indique que les jeunes sont tout à fait capables d’identifier leurs besoins en matière d’ÉS, d’où l’importance de les y impliquer.

Effectivement, bien qu’ils reconnaissent l’importance des notions de base sur l’anatomie et la protection contre les grossesses et les ITSS, les jeunes disent être davantage intéressés par des connaissances sur la diversité sexuelle, la diversité des corps et des expériences, ainsi que sur les éléments de la sexualité positive comme l’érotisme, l’amour, le plaisir, etc.

Ce qu’il faudrait surtout, c’est éviter les propos stigmatisants, l’utilisation de la peur, l’interdiction d’aborder certains sujets et la rétention d’information. En effet, les éducateurs auraient souvent une approche visant à protéger les jeunes de la sexualité et qui leur éviterait certaines informations de peur qu’ils ne soient pas prêts, alors que c’est rarement le cas.

En résumé, selon le rapport, la nouvelle éducation à la sexualité devrait s’appuyer sur les principes féministes de la justice reproductive, tenir compte des rapports de pouvoir et des systèmes d’oppression ainsi qu’inclure le «  contexte social, politique, économique, culturel dans lequel se vit la sexualité  » de ces jeunes. Les auteures insistent également sur le rôle des pédagogues et la nécessité de leur processus réflexif et introspectif pour pouvoir.

Finalement, l’événement était également une occasion de faire connaître le jeu de cartes mis au point par SexURL et Myriame la sexologue, en collaboration avec la FQPN. Tout à fait dans l’esprit du rapport, le jeu de cartes a été monté à partir de réponses à un sondage sur ce que les gens auraient voulu savoir en éducation sexuelle lorsqu'ils étaient jeunes. Avec le retour de l’ÉS dans les écoles, ce jeu se veut une façon de «  briser la glace  », surtout avec les thèmes reconnus pour être plus difficiles à aborder comme la masturbation ou encore la «  première fois  ». Une attention toute particulière a été accordée à l’inclusivité et le non-jugement dans les questions pour en faire un outil complet qui puisse interpeller, de façon positive, tous les jeunes.

Références
Les 3 sex*
https://www.ledevoir.com/societe/education/537904/parler-de-sexe-sans-complexe-en-classe? utm_campaign=Autopost&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#Echobox=1538102637 

Sources
http://www.fqpn.qc.ca/actualites/lancement-du-rapport-de-recherche-sur-leducation/  
http://www.fqpn.qc.ca/?attachment_id=4186  

éducation sexuelle, rapport, positive, santé sexuelle, contraception, négociation, jeunes, réalités, adolescence, besoins, inclusivité

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.