Unsplash/Tracy Brower – Photo modifiée par Les 3 sex*

Une médiation pour intégrer le marqueur X sur les pièces d’identité

20 février 2024
px
text

Alexe Frédéric Migneault, une personne non binaire, lutte pour avoir le marqueur de genre X sur ses pièces d’identité gouvernementales. Dernièrement, la RAMQ s’est montrée ouverte à participer à une médiation, à ce sujet, rapporte Radio-Canada.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) indique que « Toutes les parties ont accepté de participer au processus de médiation pour tenter de régler le dossier à l’amiable ». La médiation pourrait avoir un délai d'environ 75 jours pour arriver à une entente.

La raison de cette médiation est due au fait que les documents ne sont pas encore adaptés au marqueur de genre X, malgré que depuis 2022 identités non binaires sont reconnues au Québec. La CDPDJ soulève que le Québec serait la dernière province canadienne à ne pas avoir ce marqueur sur ses permis de conduire. 

L’un des obstacles d’Alexe Frédéric Migneault est que le gouvernement Legault empêche l’ajout d'un marqueur X avant 2025, en attendant les recommandations du comité de sages mis en place pour les enjeux concernant la diversité de genre. Alexe Frédéric Migneault exprime son désarroi : « Le comité de sages peut bien donner le rapport, les conclusions, les opinions qu'il veut, ça ne change rien à nos droits humains. Nos droits humains ne sont pas négociables. »

Référence
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/2050096/marqueur-de-sexe-x-la-ramq-accepte-daller-en-mediation

identité, diversité de genre, gouvernement, droit, marqueur de sexe, transgenre, non binaire, LGBTQ+, mobilisation

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.