Flickr.com/tschoppi - Photo modifiée par Les 3 sex*

Des manifestations contre le programme d’échange de seringues en prison

5 novembre 2018
px
text

Vendredi dernier, à Régina et à Moncton, le Syndicat des agents correctionnels du Canada (SACC) a procédé à des manifestations contre le programme d’échange de seringues en prison (PESP) qui vise à réduire la transmission des maladies infectieuses telles que le VIH et l’hépatite C dans le milieu carcéral par l’accès à des seringues propres. En effet, il s’agit d’un milieu dans lequel les taux de ces ITSS sont particulièrement élevés par rapport à ceux dans la population générale.

Alors que le PESP devait être implanté à l’échelle nationale dès janvier, le SACC voudrait que l’initiative soit suspendue, tant que l’on ne connaîtra pas les résultats des deux premiers essais, effectués au Nouveau-Brunswick et en Ontario, dans un établissement pour hommes et un pour femmes. Une de leurs principales craintes concerne la sécurité, dans l’optique que les seringues sont des armes potentielles qui pourraient être utilisées par les personnes détenues entre elles et envers le personnel carcéral et dont le compte pourrait leur échapper. D’un autre côté, le PESP ne garantirait pas l’arrêt total des échanges de seringues au sein des prisons, donc la transmission des ITSS pourrait se poursuivre malgré tout. De plus, l’initiative est jugée inutile quant à la transmission d’ITSS, dont la prévalence a nettement diminué depuis 2007, sans compter que ça enverrait un « double message » par rapport à la stratégie antidrogue des services correctionnels. Ainsi, le potentiel d’incidents violents, de surdoses, voire de décès, inquiète le SACC. Le syndicat croit qu’un programme de la sorte n’est pas aussi réaliste en prison que dans le monde extérieur.

Le ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile, de son côté, rappelle que les établissements correctionnels canadiens ont déjà mis en place des programmes permettant l’accès à des seringues d’insulines et des EpiPen propres et que la gestion de ceux-ci se déroulent bien et de manière sécuritaire. Le PESP permettrait de réduire le partage de seringues souillées et aiderait à mieux référer les personnes ayant besoin de services de santé.

Références
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1133630/canada-saskatchewan-nouveau-brunswick-prison-securite-drogue 
https://www.lapresse.ca/actualites/national/201811/02/01-5202705-programme-dechange-de-seringues-en-prison-ca-na-pas-de-sens.php 

Source
Non applicable

seringues, prison, femmes, hommes, arme, protection, ITSS, services, santé

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.