Flickr.com/Lidia Zoltanska - Photo modifiée par Les 3 sex*

La relation entre la victimisation par les pairs basée sur des préjugés et la symptomatologie dépressive à travers l'identité sexuelle et de genre

15 novembre 2018
Karolanne O'Keefe
px
text

Date de publication
Novembre 2018

Résumé original

La présente étude a examiné la prévalence de sept types de victimisation fondée sur des préjugés (orientation sexuelle, genre, expression du sexe, race ou appartenance ethnique, handicap, religion et apparence physique), en mettant l’accent sur l’identification de similitudes et de différences entre les sexes et l’identité de genre. Nous avons également exploré le lien entre la victimisation et la symptomatologie dépressive pour différents sous-groupes.
Les données de l'étude « Teen Health and Technology Study » ont été collectées en ligne entre 2010 et 2011 auprès de 5 542 jeunes de 13 à 18 ans aux États-Unis. La moitié des jeunes ont déclaré avoir subi une forme de victimisation fondée sur des préjugés. Les jeunes appartenant à une minorité sexuelle ou de sexe étaient plus susceptibles que les jeunes hétérosexuels et cisgenres de percevoir qu'ils avaient été ciblés en raison de leur orientation sexuelle, de leur sexe, de leur expression sexuelle, de leur apparence physique ou de leur religion. Les filles cisgenres étaient également plus susceptibles que les garçons cisgenres de subir une victimisation fondée sur des préjugés. Être ciblé en raison de son apparence physique était associé à une probabilité concomitante de symptomatologie dépressive pour presque tous les jeunes. La victimisation en raison de l’orientation sexuelle réelle ou perçue ou la victimisation en raison de l’expression de genre n’était associée qu’à une probabilité accrue de symptomatologie dépressive chez les jeunes hétérosexuels et cisgenres, respectivement.

Les conclusions de la présente étude s'ajoutent à la masse croissante de recherches documentant le risque accru de subir de multiples types de victimisation fondée sur des préjugés chez les jeunes de minorités sexuelles et de genre. Ils soulignent en outre l'importance de faire des distinctions au sein des sous-groupes de jeunes de minorités sexuelles et de genre. Les conséquences émotionnelles de la victimisation fondée sur les préjugés chez les jeunes exigent que la prévention soit une priorité absolue pour les écoles et les communautés.

Référence
Price-Feeney, M., M. Jones, L., Yberra, M., et J. Mithell, K. (2018). The relationship between bias-based peer victimization and depressive symptomatology across sexual and gender identity. Psychology of Violence. DOI : 10.1037/vio0000219.

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs :
https://www.researchgate.net/publication/328817225_The_relationship_between_bias-based_peer_victimization_and_depressive_symptomatology_across_sexual_and_gender_identity 

Victimisation, symptômes dépressifs, identité de genre, discrimination, orientation sexuelle, hétérosexualité, cisgenre

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.