Unsplash.com/RawPixel - Photo modifiée par Les 3 sex*

Adoption d’une nouvelle politique pour les grandes entreprises

18 décembre 2018
px
text

Des modifications et des ajouts à l’article 81.18 de la Loi sur les normes du travail ont été effectués le 12 juin 2018. Notamment, le harcèlement sexuel a été ajouté dans la politique, le traitement des plaintes doit y être inclus, et les employé.e.s possèdent désormais deux ans au lieu de 90 jours suivant le harcèlement, pour porter plainte. 

Depuis ces changements, tous les employeurs du Québec doivent s’équiper d’une politique de prévention du harcèlement psychologique et sexuel avant le 1er janvier. Mais, uniquement 51 % des travailleurs et travailleuses pensent que leur employeur est muni d’une telle politique, selon un sondage CROP effectué par l’Ordre des conseillers en ressources humaines. 

Selon La Presse, plusieurs grandes organisations, telles que Bombardier, Métro et Hydro-Québec, par exemple, sont dotées d’une politique à ces effets. Alors, pourquoi seulement la moitié des travailleurs et travailleuses sont au courant de celle-ci ? Manon Poirier, la directrice de l’Ordre des conseillers en ressources humaines, témoigne que c’est un problème de diffusion. 

Selon Mme Poirier, les organisations mettent en place des politiques dont les employé.e.s ne connaissent pas l'existence, alors ces politiques sont « plus ou moins utiles ». 

Référence
http://plus.lapresse.ca/screens/680e067b-480e-466e-bdf6-df92cc097143__7C___0.html?fbclid=IwAR1xS2EW7riCaYQLJ2QgdxZRhEUJSqjrGMpC2Nwjwn2EBzeh7F3e8zQKShE

Source
Non applicable

loi, harcèlement sexuel, harcèlement psychologique, entreprises, québec, politique, plainte, travailleur, travailleuse

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.