Unsplash.com/NicolasThomas - Photo modifiée par Les 3 sex*

Plus de physiciennes pour une parité

12 février 2019
px
text

Lundi dernier, le 11 février, a eu lieu la Journée internationale des femmes et des filles de science.

Selon UdeM Nouvelles, depuis près de 20 ans dans l’ensemble des universités, les nouvelles inscriptions au baccalauréat en physique ne représenteraient que 20 % de femmes.

Pour changer la donne, trois membres du Département de physique de l’UdeM faisant partie du comité D-PHY se seraient alliés et auraient mis sur pied le projet Parité Physique. Ce projet, inspiré du projet américain STEP UP 4 WOMEN, désirerait solliciter la collaboration des enseignant.es de plusieurs cégeps québécois. En effet, il leur suffirait d’encourager les étudiantes – qui posséderaient des aptitudes
pour le domaine – à s’orienter vers des études supérieures en physique, et ce, en valorisant leurs exploits.

Pour atteindre leur objectif, les responsables du projet auraient développé des stratégies qui utiliseraient la reconnaissance, le recrutement, les compétences et la diminution de la marginalisation.

L’auxiliaire de recherche, Mirjam Fines-Neuschild, affirme : « Les femmes et les personnes issues des minorités ont moins tendance à se voir comme des physiciennes et, pour qu’elles s’intéressent à la discipline et s’y reconnaissent, il faut qu’elles se sentent plus incluses ».

Le projet Parité Physique possède un site Web dans lequel plusieurs informations, outils et trousses sont partagés. Pour consulter le site Web : https://www.paritephysique.ca/ 

Référence
https://nouvelles.umontreal.ca/article/2019/02/08/le-projet-parite-physique-vise-a-former-une-nouvelle-generation-de-physiciennes-a-l-udem/

Source
Non applicable

parité, égalité, femmes, physiques, professionnelle, science, Québec, Canada, sexe, université

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.