unsplash.com/Rawpixel - Photo modifiée par Les 3 sex*

Des avancées encourageantes pour le cancer du sein

19 février 2019
px
text

Avec les recherches effectuées par des scientifiques de la Faculté de médecine et du Centre de recherche de l’Université Laval, il serait possiblement plus facile de diagnostiquer et de traiter le cancer du sein.

Selon La Presse, l’expression d’un gène indiquerait la conversion de l’information entreposée dans l’ADN en instructions pour créer des protéines et molécules. Ces scientifiques auraient alors identifié des gènes dont l’expression serait modifiée selon l'état de santé de la personne ou la présence d’une lésion bénigne, d’une tumeur in situ (localisée) ou bien d’un cancer grave.

Francine Durocher, chercheuse, explique : « Certains cancers in situ vont rester in situ, et d'autres vont devenir invasifs. Donc en identifiant les gènes qui restent in situ, ça pourrait nous aider par exemple à prioriser les patientes ; celle-là va rester in situ, donc on va davantage opérer la patiente in situ qui a un fort potentiel de s'en aller vers l'invasif. Pour les cliniciens ce serait utile afin de prioriser les patientes, lesquelles bénéficieraient le plus tôt d'une chirurgie ».

Ces avancées pourraient aider le diagnostic, favoriser le traitement et contribuer à de nouvelles pistes d’interventions médicales.

Cependant, les recherches en sont encore à leur début, et les résultats nécessitent plus de validations.

Référence
https://www.lapresse.ca/sciences/medecine/201902/15/01-5214962-cancer-du-sein-recherche-prometteuse-a-luniversite-laval.php 

Source
Non applicable

seins, cancer du sein, cancer, femmes, science, traitement, médecine, chercheur, chercheuse, adn, gène, santé

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.