flickr.com/Brandon Kopp - Photo modifiée par Les 3 sex*

L’Alabama vote une loi très restrictive concernant les interruptions de grossesse

16 mai 2019
px
text

Mardi passé, le Sénat de l’État de l’Alabama aurait adopté le projet de loi sur l’interruption de grossesse (IG) le plus prohibitif des États-Unis, d’après La Presse. Effectivement, le texte présenterait une proscription presque totale des IG, et ce, même dans les cas d’inceste et de viol.

Toujours selon La Presse, à l’exception des cas d’urgence vitale pour la personne enceinte ou d’anomalie fœtale, le projet de loi prévoirait des peines de prison pour les médecins pratiquant les IG qui pourraient aller de 10 à 99 ans.

D’après l’article de La Presse, le but des initiateurs du projet serait d’aller jusqu’à la Cour suprême des États-Unis – surreprésentée par des conservateurs depuis Trump – afin de la persuader de repenser sa décision emblématique de 1973, « Roe v. Wade », qui avait autrefois reconnu le droit à choisir l’IVG, et ce, si le fœtus n’est pas viable.

En effet, d’après l’Institut Guttmacher qui défend le droit des personnes à l’IVG, depuis le début de l’année, 28 des 50 États américains auraient instauré plus de 300 nouvelles règles ayant pour objectif de limiter l’accès à l’IG.

Plusieurs organismes défendant les droits civiques et féministes auraient critiqué le projet de loi, notamment le National Organization for Women qui aurait qualifié ce texte d’inconstitutionnel.

Référence
https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201905/15/01-5226123-avortement-lalabama-vote-la-loi-la-plus-repressive-des-etats-unis.php 

Source
Non applicable

États-Unis, avortement, interruption de grossesse, droits, femmes, féminisme, projet de loi, Alabama, conservateur, Donald Trump, corps, santé sexuelle, cour suprême, Washington, choix, liberté, inconstitutionnel

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.