unsplash.com/Balázs Kétyi – Photo modifiée par Les 3 sex*

Un rapport sur les applications de type logiciel-espion

14 juin 2019
px
text

Un rapport de 200 pages par le Citizen Lab, un centre de recherche de l’Université de Toronto, révèle qu’il est très aisé d’installer une application pouvant espionner le cellulaire de son ou sa partenaire, nous informe Radio-Canada.

Ce sont des applications qui permettent de surveiller à peu près toute activité sur un tierce cellulaire comme les appels téléphoniques, les messages texte, les courriels, les activités en ligne, la liste de contacts, l’agenda électronique et la position géographique. Et même, dans certains cas, l’application peut être en mesure d’allumer le microphone du téléphone ou de prendre des photos. Ce type d’application ne demande habituellement que d’avoir physiquement accès au téléphone et au mot de passe de ce dernier pour effectuer l’installation. De plus, ce sont des applications dites cachées, il est donc impossible pour le ou la propriétaire du téléphone de savoir qu’une telle application est installée sur son appareil.

Christopher Parsons, un chercheur associé au Citizen Lab et l’un des principaux auteurs du rapport, commente : « Des conjoints malveillants ciblent et surveillent des personnes d’une façon inappropriée et injuste. Nous devons faire mieux en tant que société. ».

Bien que l’utilisation d’applications de type logiciel-espion enfreint plusieurs lois, le rapport constate que les policier.ière.s et procureur.e.s ne semblent pas être au fait de cette technologie.

Référence
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1182094/stalkerware-logiciel-espion-application-espionnage-conjoint-partenaire-couple-femmes-harcelement

Source
Non applicable

 

Citizen Lab, rapport, logiciel malveillant, application, espionnage, logiciel-espion, Christopher Parsons, recherche, technologie, violence conjugale

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.