flickr.com/Nathan Forget – Photo modifiée par Les 3 sex*

Pas davantage de VIH chez les personnes ayant recours au Depo-Provera

17 juin 2019
px
text

Dans un article de The Guardian, il est rapporté que des études auraient longtemps laissé croire que les injections contraceptives auraient doublé le risque de contracter le VIH. Cette information aurait été inquiétante pour la population de plusieurs pays d’Afrique où le Depo-Provera serait un contraceptif répandu. Toutefois, une nouvelle étude aurait plutôt révélé que le taux de nouvelles infections au VIH ne serait pas plus élevé avec cette méthode de contraception qu’avec un dispositif intra-utérin ou un implant contraceptif.

Par contre, l’étude, effectuée parmi des populations africaines, aurait également indiqué que le taux d’infection au VIH chez les femmes des pays visés atteignait presque 4 % d’entre elles, voire plus chez celles de moins de 25 ans, soit une proportion alarmante. L’Organisation mondiale de la Santé souhaiterait que des services préventifs soient mis de l’avant. Il serait également souhaité que les options disponibles en matière de contraception soient plus variées et comprennent des options protégeant du VIH.

Référence
https://www.theguardian.com/society/2019/jun/13/contraceptive-injections-do-not-increase-chance-of-contracting-hiv-study-finds

Source
https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(19)31288-7/fulltext

VIH, contraceptif injectable, Depo-provera, Afrique, étude, santé publique, contraception, femmes

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.