Unsplash/Hermes Rivera – Photo modifiée par Les 3 sex*

Célibataire sans enfants : pourquoi se justifier?

19 septembre 2019
Elodie Gurtner
px
text

Les témoignages sont des textes produits par des personnes ne provenant pas obligatoirement des disciplines sexologiques ou connexes. Ces textes présentent des émotions, des perceptions et sont donc hautement subjectifs. Les opinions exprimées dans les témoignages n'engagent que leurs auteur.e.s et ne représentent en aucun cas les positions de la revue.

px
text

Elodie, 28 ans, domiciliée en France, célibataire sans enfants, sans désir d'en avoir. C'est aussi un critère lors de la recherche d'un partenaire : même beau comme un cœur ou très intelligent, les enfants, c'est non!

Le fait d'avoir des enfants est souvent perçu comme un aboutissement, une réussite. Or, je ne partage pas ce point de vue. Il n'est pas nécessaire d'avoir des enfants pour réussir sa vie et être heureuse.

Depuis au moins une dizaine d’années, je ne souhaite pas avoir d'enfants. Avant tout, cela représente une contrainte pour moi : moins de temps pour soi, changement de mode de vie, carrière professionnelle au ralenti, etc.

Ce non-désir me vient des nombreux problèmes de santé présents au sein de ma famille. Je ne peux pas procréer de façon naturelle (les médecins ont été formel.le.s là-dessus puisque je suis atteinte d’endométriose). Alors, m'infliger un traitement pour, au final, mettre des années à espérer tomber enfin enceinte, puis ensuite avoir la crainte de tomber malade, de ne plus être capable de m’occuper de cet.te enfant ou de subvenir à ses besoins? Pour moi, c’est inconcevable.

Lorsque j’ai été diagnostiquée avec l’endométriose, j’étais en processus pour obtenir une stérilisation, projet que j’ai finalement abandonné. Ce processus peut s’apparenter à un parcours de combattante : refus fréquents de professionnel.le.s de la santé, nécessité de consulter un.e psy, délai légal de quatre mois entre l’accord du ou de la professionnel.le de la santé et l’opération, etc. Ceci m’a amenée à me demander pourquoi il est tant difficile d’être libre de choisir ce que nous voulons pour notre corps, notre bien.

D’autres facteurs sont aussi à prendre en compte lors de notre choix de vouloir faire des enfants ou non. Je me demande si d’en avoir dans la société actuelle est véritablement une bonne idée. Quel avenir allons-nous avoir? Entre les divers problèmes économiques et la crise du climat, quel avenir avons-nous réellement? Essayer d'élever un enfant alors que la situation du pays n'est pas stable? Que le climat se dégrade de plus en plus? Pour nous, déjà présents sur Terre depuis un certain temps, le chemin est tracé, cependant, que restera-t-il pour les êtres à venir? Et que dire des conflits mondiaux qui affligent de nombreux pays? Tellement de personnes sont déjà touchées par ces malheurs, qui dit que nous en sommes à l’abri?

Je considère que nous sommes déjà trop nombreux sur notre planète bleue. Nous vivons à crédit dès fin juillet/début août, c’est-à-dire que nous consommons plus de ressources naturelles et émettons plus de gaz à effet de serre que ce que la Terre est en mesure de produire et d’absorber (Global Footprint network, 2018). Imaginez d’ici une centaine d’années, quand la population mondiale sera encore bien plus dense, que se passera-t-il à ce moment-là?

Peut-être que ces arguments, non recevables pour beaucoup plus de personnes que ce que nous pouvons imaginer, servent uniquement à me justifier. Il est difficile, en 2019, en étant femme et vivant dans un pays développé de s’expliquer ce genre de choix. Pour encore beaucoup de personnes, avoir des enfants est la suite logique de la vie. Pour moi, c'est tout le contraire : c'est une contrainte avant tout.

Je souhaite vivre ma vie comme je l’entends et non comme on veut me la faire entendre.

px
text
px
text

D'autres témoignages sont disponibles dans le dossier « Childfree : entre liberté et stigmatisation ». N'hésitez pas à consulter le dossier en entier pour en connaitre plus sur cette réalité.

Consulter le dossier « Childfree : entre liberté et stigmatisation »
childfree, femme sans enfants, désir, enfants, bonheur, endométriose, stérilisation, choix, contrôle, défis, avenir, crise climatique, argument écologique, environnement