ONU/Eskinder Debebe – Photo modifiée par Les 3 sex*

Inconduites sexuelles en Haïti : tension entre l’ONU et le Canada

18 septembre 2019
px
text

Des informations d’Affaires mondiales obtenues par la CBC révèlent une lacune dans la manière de gérer les cas d’inconduite sexuelle chez les policiers canadiens en mission de la paix.

L’enquête de la CBC a montré que l’ONU a accusé au moins six policiers qui seraient à l’origine de plusieurs inconduites sexuelles en Haïti. Ces policiers canadiens sont habituellement recrutés à même les services de police provinciaux et municipaux par la GRC pour faire partie du programme de collaboration avec les Casques bleus. Ceux-ci sont déployés dans différents pays pour protéger la population et s’assurer de la paix lors de conflits.

Normalement, lorsque l’ONU confirme qu’une règle a été enfreinte, elle avise la GRC qui informe ensuite le corps policier duquel la personne relève. La responsabilité d’appliquer les sanctions revient finalement à ce dernier. Toutefois, ce processus rend la tâche difficile.

Des six policiers en cause, aucun n’a été jugé à cause d’un « trou » dans la loi qui le permet. Il semblerait que le gouvernement canadien serait au courant depuis quelques années de la lacune dans son code criminel concernant ce genre de situation.

Parmi ceux-ci, deux auraient pris leur retraite avant de pouvoir être sanctionnés. Un aurait été rapatrié au pays avant que l’ONU puisse enquêter. Deux auraient provoqué au moins une naissance chacun.

Sans surprise, la situation est à l’origine de tension entre l’ONU et le gouvernement canadien.

Référence
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1303238/haiti-canada-policiers-onu-casques-bleus-discipline-enquete

Source
Non applicable

Inconduite sexuelle, ONU, GRC, Casques Bleus, Code criminel, Haïti, Policier, Mission de la paix, Affaire mondiale Canada

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.