unsplash/Gabriella Clare Marino – Photo modifiée par Les 3 sex*

Les actualités sexologiques de l’été 2020 en bref

17 août 2020
px
text

Bien que tout semble un peu au ralenti pendant l’été, ce n’est pas toujours le cas. Plusieurs nouvelles importantes ont fait les manchettes durant les vacances de Les 3 sex*. Notre équipe a donc concocté un résumé des actualités sexologiques marquantes de l’été 2020 pour permettre aux personnes s'étant déconnectées pendant le congé estival de se mettre à jour.

Monde communautaire
À la fin juin, Gabrielle Bouchard démissionne de son poste de présidente de la Fédération des femmes du Québec. Élue en 2017, elle était la première femme trans à occuper ce poste. Son arrivée marquait le souci d’un féminisme intersectionnel au sein de l’organisation fondée en 1966.

Avancées scientifiques
Une troisième personne est guérie du VIH. Le cas d’un homme brésilien aurait été présenté lors de la 23e Conférence internationale sur le sida, du 6 au 10 juillet dernier. Ce dernier, contrairement aux deux autres personnes ayant guéri du VIH, n’a pas reçu de greffe de moelle osseuse.

COVID-19
Les recherches concernant la COVID-19 n’ont pas pris de vacances. Il a été confirmé par une étude parue à la mi-juillet dans la revue Nature Communications que les personnes enceintes peuvent transmettre la nouvelle maladie à coronavirus au fœtus. De plus, la pandémie aurait un plus grand impact négatif sur l’emploi chez les femmes et les mères. Ce sont majoritairement elles qui se sont retrouvées au chômage depuis le début de la pandémie, en plus d’être plus à risque, avec les personnes racisées, de contracter la COVID-19. À la mi-juillet, quelques semaines après le début du déconfinement, une hausse d’infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) aurait été observée à Montréal. Il est cependant difficile de dire si cette hausse est réellement due au déconfinement en soi ou si elle résulte simplement du fait que les gens attendaient l'assouplissement des restrictions pour aller se faire dépister. Il a aussi été mis en lumière que la vulnérabilité des travailleuses et travailleurs du sexe a été exacerbée par la pandémie. C’est pourquoi, au début juillet, des groupes de défense des droits de la personne, dont Amnistie internationale Canada, ont demandé un moratoire sur l’application des lois sur le travail du sexe. 

Enjeux LGBTQ+
Au courant de l’été, il y a eu quelques bonnes nouvelles concernant les droits des personnes LGBTQ+. Au Pays-Bas par exemple, la mention de genre n'apparaîtra plus sur la carte d’identité des Néerlandais.es, une information jugée « inutile » par leur ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Science. Dans la même veine, le recensement canadien sera plus inclusif en comptabilisant, pour la première fois, les personnes trans et  les personnes non binaires. De leur côté, Facebook et Instagram ont banni la promotion des thérapies de conversion sur leur plateforme.

Vague de dénonciations au Québec
Une grande vague de dénonciations d’agressions sexuelles a frappé le Québec en juillet. Plusieurs personnalités connues ont fait l’objet d’allégations d’inconduites à caractère sexuel, dont Julien Lacroix, Maripier Morin et le président de Fierté Montréal, Éric Pineault. Les dénonciations se sont principalement faites sur les réseaux sociaux, ce que plusieurs déplorent. Pour d’autres, c’est un signe que le malaise persiste et qu’il y a un profond manque de confiance en le système judiciaire.

Et pour terminer, quelques bonnes nouvelles en rafale :

  • Le Canada a légalisé le mariage gai il y a 15 ans;
  • Au Soudan, l'excision est maintenant criminelle;
  • L’Ontario a mis un terme aux alertes à la naissance servant à signaler les nouveaux-né.e.s en possible danger;
  • La loi sur l’avortement est jugée inconstitutionnelle en Louisiane;
  • La ville de Belœil remboursera les produits menstruels réutilisables;
  • Une campagne virtuelle a été lancée sur les réseaux sociaux pour explorer les différentes définitions de la bispiritualité;
  • Un rapport couvrant la période de janvier 2018 à mai 2019 a révélé que la pilule abortive était utilisée dans 8 % des cas d’interruptions volontaires de grossesse au Québec;
  • Le collectif d’artistes Virago Nation souhaite « se réapproprier la sexualité autochtone » par des prestations de burlesque.
px
text
Références
été 2020, nouvelles, résumé, sexologie, sexualité, santé sexuelle, ITSS, sida, VIH, FFQ, coronavirus

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.