Unsplash/Thought Catalog – Photo modifiée par Les 3 sex*

Revendication des jeunes : être protégé.e des violences sexuelles à l’école

28 novembre 2023
px
text

Face aux mesures actuelles contre les violences sexuelles dans les écoles, jugées insuffisantes par les jeunes, des membres du collectif La voix des jeunes compte ont fait part de ce mécontentement à des médias, dont Radio-Canada.

Le collectif dénonce l’inaction gouvernementale dans l’encadrement des violences sexuelles à l’école et notamment l’absence d’une loi-cadre sur les violences sexuelles en milieu scolaire. «  Le cas des violences sexuelles est encore une fois balayé du revers de la main par le manque de ressources et nous remarquons que la sécurité des jeunes n'est pas la priorité “number one” du gouvernement », déplore Theryanne, membre de La voix des jeunes compte.

Cette absence de prise de position par, notamment, le ministre de l’Éducation Bernard Drainville, provoque des conséquences décrites comme « incommensurables » par le collectif. En effet, cette absence de cadre législatif « donne l'occasion aux auteur[.e.]s de passer à l'acte en toute impunité ».

Le collectif est lassé de la lenteur de réaction concrète du gouvernement. Les premiers avertissements du collectif face à cette situation remontent à six ans. Ces jeunes ont fini leur cursus primaire et secondaire sans que leurs avertissements aient été pris en compte.

De plus, les membres de La Voix des jeunes compte déplorent aussi le fait que les jeunes ne soient pas inclus.e.s dans les prises de décisions gouvernementales. Ils et elles souhaitent que leurs besoins soient pris en compte et leurs voix plus écoutées car, comme rapporté dans l’article : « ils [et elles] sont les premiers [et premières] concerné[.e.]s dans ces situations ».

Une enquête générale conduite en mars dernier, à la suite de cas de violences sexuelles rapportées au sein de centres de services scolaires, révèle de nombreux enjeux autour des violences à caractère sexuel dans les écoles. Dans le rapport de l'enquête, « plusieurs failles dans la gestion des plaintes concernant la violence sexuelle » sont mises en lumière. Le rapport révèle notamment « l'absence de communication entre les divers employeurs, le manque de soutien aux enseignant[.e.]s et un manque de formation des intervenant[.e.]s ». Malgré ce rapport alarmant, le collectif signale le manque d'initiatives du Ministre Drainville et le fait qu’il n’ait toujours pas mis en place « des changements législatifs pour répondre aux recommandations ». Ceci fait écho aux préoccupations dont a fait part le collectif directement au Ministre, au printemps dernier, et qui sont restées sans réponse.

Référence
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/2030277/jeunes-loi-violence-sexuelle-ecoles

 

revendication, jeunes, école, loi, gouvernement, Québec, violence sexuelle, protection

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les abonné.e.s peuvent commenter.