unsplash.com/Everton Vila - Photo modifiée par Les 3 sex*

Condition de la femme et égalité salariale ?

13 décembre 2018
Chloé Duchastel-Vassaramva
px
text

Même si plusieurs avancées sont notables au Québec au cours des dernières années en matière d’égalité et d’équité, les femmes gagnent toujours, en moyenne, moins que les hommes. De plus, elles rencontrent encore des difficultés à gravir les échelons du pouvoir et de l’économie. Dans le récent rapport « Portrait des Québécoises 2018 » du Conseil du statut de la femme, plusieurs divergences ont été notées. 

Les femmes sont plus nombreuses à aller à l’université, mais gagnent un salaire inférieur à celui de leurs collègues masculins, et ce, qu'importe le niveau d’études. Les femmes ayant terminé leur baccalauréat gagnent 89,5 % du salaire de leurs homologues masculins.

Quelques métiers traditionnellement associés aux hommes sont de plus en plus investis par les femmes, tel que le métier de notaire  (63,6 %) et le métier de médecin (46,5 %). Néanmoins, des écarts importants existent encore comme, par exemple, dans le secteur agricole, où les Québécoises composent 27 % de la relève. Plusieurs autres professions, comme les techniques (juridique, sociale, dans l’enseignement) d’adjointe administrative et d'enseignante comptent plus de femmes que d’hommes. La situation est inverse pour les chauffeurs, les professionnel.les en informatique et les concierges.

Au sein de la fonction publique, ce sont les femmes qui composent majoritairement la main d'œuvre, mais elles restent moins nombreuses à occuper les postes de direction. Elles comptent pour 58,5 % des effectifs et représentent 46,5 % des cadres ou de la haute direction. Cette situation est encore plus accentuée dans le privé où plus de 59 % des propriétaires d’entreprises sont des hommes et où seulement 20% des postes au sein des conseils d’administration sont occupés par des femmes.

Finalement, 58,2 % des personnes qui travaillent au salaire minimum sont des femmes et elles sont moins nombreuses à être prestataires de l’aide sociale (46,5 %). D'ailleurs, le Conseil note une diminution de demande d’aide chez les femmes et un écart entre le nombre de prestataires féminins et masculins depuis les vingt dernières années.

Référence
https://www.ledevoir.com/politique/quebec/543382/titre-condition-des-femmes-l-inegalite-en-chiffres 

Source
Non disponible

Égalité, homme, femme, condition féminine, équité salariale, droit

Commentaires

Connectez-vous ou Créez un compte . Seuls les membres actifs peuvent commenter.